Rechercher
  • Béké

Actualités Béké : installation de nichoirs à la Ferme du Recueil à Villeneuve d’Ascq !

Afin de lutter biologiquement contre les insectes ravageurs de culture dans leur ferme, Octave et Basile ont eu l’idée de me faire appel : au final ce sont 8 nichoirs qui ont trouvé leur place dans l’exploitation ! Retour sur cette après-midi d’installation du Mercredi 6 Mai.

La Ferme du Recueil, vue de l'entrée. Un site magnifique à visiter avec vente directe!


La Ferme du Recueil est une ferme en permaculture qui a ouvert ses portes à Villeneuve d'Ascq. Les trois fermiers associés, Alain, Basile et Octave mettent en pratique une agriculture durable et résiliente en appliquant les principes de la permaculture mais aussi de l'agroforesterie. Afin de réduire un maximum la présence d'insectes qui ravageraient les cultures, ils mettent en place un système de biocontrôle : en favorisant la présence des prédateurs de ces insectes, ils limitent les dégâts sur leurs cultures. Ils ont alors décidé de me faire appel pour mettre en place huit nichoirs dans l'exploitation, les oiseaux faisant partie de ces prédateurs.


J’ai donc réfléchi aux espèces qui pourraient leur être le plus bénéfique. Il était important de choisir des oiseaux insectivores, communs et qui ont de bonnes chances de s’installer dans les futurs nichoirs posés. Ayant déjà eu la chance de visiter le site, j'avais pu faire un relevé succinct des oiseaux présents sur le site.


La ferme du Recueil vue de haut et l'emplacement des nichoirs posés. Crédits photo : Photo de fond, Teddy Dewavrin ; Photos des vignettes, Béké.


Les Mésanges charbonnières (n°1 et 6 sur le plan ci-dessus) et bleues (n°2 et 7), nourrissent leurs petits avec beaucoup d’insectes et en particulier des chenilles. Elles occupent facilement les nichoirs et étaient donc des candidates idéales. C’est pourquoi j’ai choisi de mettre la moitié des nichoirs pour ces deux espèces.


Le Rougegorge (n°3 et 5), appelé aussi le « meilleur ami du Jardinier », est un oiseau peu farouche qui approchera volontiers le jardinier lorsqu’il retourne la terre pour y trouver sa nourriture. Lui aussi est un insectivore et je l’ai sélectionné car il mange les larves et vermisseaux qu’il peut trouver parmi les mottes de terre. J’ai installé deux nichoirs dits « ouverts » que cette espèce apprécie. Avec un peu de chance, ces nichoirs pourraient aussi attirer un gobemouche gris, espèce plus rare que le rougegorge et qui comme son nom l’indique, gobe des insectes au vol à proximité d’un perchoir de son choix.


Avec ces 6 nichoirs, Octave et Basile devraient donc avoir la capacité de lutter contre les parasites présents sur le sol et sur les plantes.


J’ai opté ensuite pour un nichoir à chauve-souris (n°8), afin de lutter contre les ravageurs même la nuit, car les papillons de nuit, entre autres, peuvent eux aussi causer des dégâts sur les cultures en y déposant des futures petites chenilles ! La ferme étant composée de granges et d’anciens bâtiments, des chauve-souris doivent déjà nicher dans les environs. Cependant de futurs travaux d'aménagement pourraient les déranger, et c'est là que la pose du nichoir prend tout son sens.

Pour le dernier j’ai sélectionné un nichoir pour Bergeronnette grise (n°4). Ayant vu passer quelques individus sur la ferme, je me suis dit qu’il serait de bonne augure de leur offrir une option de logis en plus, d’autant plus que l’environnement est en train de changer avec l’installation de la ferme. Cet oiseau qui hoche sans cesse sa queue de haut en bas est un insectivore qui se nourrit la majeure partie du temps d’insectes au sol. Appréciant les zones humides, et affectionnant les berges, j’ai installé le nichoir sur un tronc d'arbre situé sur les berges de la Marque qui a son cours en directe proximité avec la ferme.


Installation en équilibre sur mon escabeau au bord de la Marque du nichoir pour Bergeronnette. J'utilise des petits bout d'écorce récupérés afin de ne pas blesser l'arbre avec le fil de fer.


J'ai tenté de réaliser une sorte de cercle avec les huit nichoirs installés autour des cultures de sorte à limiter le dérangement des futures nichées lors des futures visites du site. Deux nichoirs sont installés directement sur piquet dans les cultures (en lisière) mais ceux-ci devraient rapidement être cachés par les arbres fruitiers (déjà plantés) et futurs buissons qui devraient être plantés. J'ai aussi respecté au maximum les distances minima entre chaque nichoir de deux espèces similaires : 15 à 20 mètres pour la Mésange bleue, 40 pour la mésange charbonnière, 70 pour le Rougegorge familier et 200 pour la Bergeronnette grise.


Même s’il y a une chance que certains nichoirs soient occupés pour la deuxième nichée de l’année, l’installation étant très tardive, il ne devrait malheureusement pas y avoir d’occupants cette année. Il faut installer les nichoirs en automne pour que les oiseaux aient le temps de repérer et inspecter le nichoir pour la nichée suivante. Les oiseaux auront donc bien le temps de les repérer pour l’année prochaine ou pourront s’en servir pour s’abriter cet hiver.


Comme vous avez pu le voir, je propose désormais un service d’installation de mes modèles. Je serais ravi de vous donner en même temps quelques anecdotes ornithologiques et vous enseigner quelques chants à l’occasion ! Merci de me contacter si vous souhaitez bénéficier du service ! beke.biodiv@gmail.com


Retrouvez aussi tous les produits Béké sur mon site www.beke-biodiv.fr

Rendez-vous à la Ferme du Recueil pour voir les modèles exposés ! Et j’en profite aussi pour dire un grand Merci à Octave et Basile pour leur confiance !


A bientôt pour de prochaines actualités,


Brieuc

66 vues0 commentaire